☕ CAFFÈ SCENZE : L'archéologie à l'Université de corse

Publié par CPIE CENTRE CORSE A RINASCITA, le 1 février 2024   380

Inauguration du premier Caffè Scenze. Un partenariat inédit entre l’Université de Corse et le CPIE A RINASCITA

Madame Vanina PASQUALINI, Vice-Présidente de la Commission de la Recherche de l’Université de Corse, ainsi que Monsieur Antoine FERACCI, Président et fondateur de l’association CPIE - A RINASCITA, nous ont fait l’honneur d’être présents, le Jeudi 18 Janvier 2024 pour lancer officiellement la première édition des « Caffè Scenze » et se sont félicités de ce partenariat.


Cette première a eu lieu dans la salle des actes au Palazzu Naziunale qui date du XVIe siècle et qui est classé monument historique. Il a été le siège des institutions de l’État Corse sous Pasquale Paoli et de nos jours, il est le Tiers lieu de l’Université et labéllisé « Fabrique de Territoire ». Lors de son discours, Antoine FERACCI, nous a relaté une partie de l’histoire du monument. Il nous a nourri d’anecdotes sur ce lieu chargé d’histoire qui a vu passer des hommes politiques importants.

L’Archéologie à l’Université de Corse

Puis, ce fut au tour de Madame Antonia COLONNA RICHARD, Archéologue et Maître de conférences en Archéologie et Préhistoire à L’Université de Corse, de prendre la parole pour nous faire voyager à travers le temps.

Nous voilà propulsés à quelques millénaires avant notre ère, à l’époque de l’homme du Néolithique Corse. Pour illustrer ses propos, Antonia COLONNA nous a présenté des reproductions d’outils dont il se servait. Nous avons pu découvrir des haches au manche en bois, d’autres confectionnées avec un rajout de bois de cerfs, des pointes de flèches en obsidienne façonnées, une faucille aux lamelles de pierres tranchantes, des couteaux. Mais aussi des bijoux, des tessons de poterie, des poteries et différentes pierres. Comme le souligne Madame COLONNA "Nous n'avons rien inventé", l’homme du Néolithique l’a déjà fait, il a même inventé la colle pour confectionner ses outils.

Antonia COLONNA nous invite rapidement à entamer le débat. Déjà les questions fusent, avides de détails, on veut en apprendre plus. Elle a su captiver notre attention et attiser notre curiosité.

Nous abordons des thèmes variés, parlons de sa vie semi-sédentaire. De ses récoltes, de chasse, de pêche. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’Homme du Néolithique Corse est un bon pêcheur. Il n’a pas peur de s’aventurer et il part volontiers en haute mer pour chercher le poisson dont il a besoin pour se nourrir. Mais il est aussi friand de coquillages et particulièrement d’huîtres. Il confectionne ses outillages lithiques avec des rhyolites, ô combien précieuses, qu’il va chercher là-haut sur les hauts sommets de Corte, bravant le froid et les précipices.


Rien ne l’arrête, c’est un explorateur, le danger ne lui fait pas peur, il a déjà traversé les mers, affronté les vagues et les tempêtes pour arriver jusqu’ici. Des marqueurs provenant d'autres régions ont été découverts en Corse lors de fouilles organisées sur notre territoire. Plusieurs étapes sont indispensables pour les découvrir. Les sites choisis lors des fouilles sont bornés et débarrassés de la terre végétale pour atteindre les premiers niveaux archéologiques. C’est grâce aux dépôts sur les sols que l’on peut déterminer la date de ces derniers. Certaines couches plus profondes sont épargnées par l’érosion et le mobilier archéologique permet de déterminer l’époque de ces structures.

Antonia COLONNA, nous fait découvrir ses techniques de survie, son mode de vie, son habitat fait de huttes sphériques, coniques comme des tipis. Elles sont en peaux de bêtes aux structures faites de pin, de noisetier ou d’aulne. D’autres sont recouvertes de paille pour éviter au soleil et à la pluie d’y pénétrer. C’est un bon bâtisseur, sa maison est robuste. Il est ingénieux aussi et il érige des murs pour se protéger du vent dont on trouve encore des vestiges en Corse.

Il lui arrive de vivre dans des abris sous roche quand ceux-ci s’y prêtent, comme à Tuani ou à Bustanicu. Il aime vivre dans des villages organisés, nichés dans les endroits sauvages de notre île ou il a élu domicile et laissé des traces pour qu’on ne l’oublie pas.

Nous évoquons également les autres sites archéologiques, des stations néolithiques découvertes à Mulota, la grotte de Vizzavona, San Ciprianu, Carcu. Et bien sûr, le sud de notre île, pour parler de la Dame de Bonifacio dont le squelette a été découvert par les archéologues Michel-Claude WEISS et François de LANFRANCHI, en 1972.

Antonia COLONNA nous apprend que celle-ci a énormément souffert et qu’elle présentait plusieurs handicaps. Elle aurait subi de nombreux traumatismes au cours de son existence. Fractures au bras et à la jambe, au talon qui aurait induit une malformation, une molaire brisée qui aurait causé une infection buccale suivie d’une septicémie qui serait à l’origine de son décès alors qu’elle n’était âgée que de 35 ans. Malgré ses difficultés à vivre normalement, elle a tout de même survécu de nombreuses années. Antonia COLONNA, nous fait remarquer que l’homme du Néolithique était animé d’un sentiment de communauté très fort et qu’il prenait soin de ses malades.

Notre folle escapade prend fin à Bonifacio. Elle fut trop courte, nous n’avons pas vu le temps passer, car Antonia a su la rendre tellement enrichissante et passionnante.

Cette première édition est une réussite, grâce à vous tous qui êtes venus et avez échangé avec nous ce moment de convivialité. Nous remercions toutes les personnes qui se sont déplacées pour échanger et assister à cette conférence-débat. Nous remercions également, Madame Vanina PASQUALINI, Vice-Présidente de la Commission de la Recherche de l’Université de Corse, ainsi que Madame Antonia COLONNA pour ce merveilleux moment. Elle nous a conté l’histoire et les secrets de notre ancêtre et a partagé avec nous son savoir.


📅 Nous vous donnons rendez-vous le 28 mars, pour le prochain « Caffè Scenze » qui sera animé par Monsieur André FAZI Maître de conférences en Science politique à l’Université de Corse.
Dont le thème sera : "La Corse vers l'autonomie ?".


Nous comptons sur vous pour la deuxième édition !!